Phalcon: Présentation

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Phalcon est, selon leur devise « Le plus rapide des frameworks PHP ». Leurs chevilles vont très bien, aucun gonflement en vue. Ce framework est, comparé aux autres, un Rafale face à un vélo. Son seul camarade de jeu est Yaf, basé sur la même technologie. Mais Yaf est Chinois, le site officiel n’est accessible que dans le cache Google … Compliqué ! Cela dit, il n’y a pas de secret ! Phalcon (comme Yaf, donc) est une extension PHP, codée en C, et donc ça envoie du gras.

Phalcon est donc un framework MVC basé sur l’injection de dépendance. Avec tous les éléments de base que l’on retrouve chez les « grands » (il est tout jeune), à savoir :

  • Architecture full MVC ou mode « micro-application » en option
  • Gestion des appels en ligne de commande
  • Autoloader, namespaces
  • Gestion des routes
  • Fichiers de configuration
  • Logger
  • Modèles avancés
  • Une DBAL très bien conçue (MySQL, PostgreSQL, Sqlite)
  • Un Object Data Mapper, genre de DBAL pour NoSQL, pour le moment MongoDB
  • Un ORM absolument monstrueux
  • Gestion des migrations de BDD (un peu comme Capistrano)
  • Gestion des événements
  • Gestion des sessions et des ACL
  • Deux moteur de templating des vues
  • Gestion des langues
  • Quelques helpers sympathiques (Flash messages, gestion des URL, filtres divers, pagination, …)
  • Gestion du cache (données, vues, …)

… Le tout codé en C, et avec une emprunte mémoire et CPU absolument ridicule. Si vous n’êtes pas encore convaincu, j’ai entendu dire que Chuck Norris codait sous Phalcon 🙂

Pour tout le reste il y a MasterCard … Euh pardon; pour tout le reste, il est faiblement couplé et autorise l’utilisation d’autres frameworks partiels ou spécialisés (Zend, Symfony, Smarty, Doctrine, …). Donc si le besoin d’un serveur SOAP se fait ressentir, on peut lui ajouter celui de Zend par exemple.

Pour information mes articles traitent de Phalcon 0.7.0 sous Ubuntu 12.

Installation de Phalcon

Puisque nous allons compiler une extension PHP, il va nous falloir quelques éléments au préalable :

Phalcon est versionné sous GIT, et sa compilation suit un process assez simple :

Un petit peu de configuration de PHP pour activer le module (généralement dans « /etc/php5/conf.d/phalcon.ini ») :

Puis on redémarre Apache 2 (sauf si on n’a prévu de ne travailler qu’en ligne de commande).

On peut vérifier qu’il est bien activé au niveau de PHP :

À venir: Mise en pratique.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *